• A C C U E I L
  • A S S O C I A T I O N
  • A T E L I E R S
  • A C T I O N S
  • C O N T A C T
  • B L O G

CYBERCOACHS

  • FAIRE UN DON
Stéphane Koch, April 27 2021

C’est juste pour rire… hashtag « liberté d’expression »

Les réseaux sociaux ont permis à tout un chacun d’exprimer son opinion sur un sujet ou un autre. Non seulement par l’écriture, mais aussi par l’expression orale. C’est un bel exemple de la démocratisation de la prise de parole. Lors de la journée mondiale de la poésie, le poète britannique Georges Mpanga, disait même que « les réseaux sociaux ont aidé les artistes [les poètes] à partager leurs pensées à une échelle jamais vue auparavant ».  Mais dans cette « libération de la parole », beaucoup ont perdu la conscience et le sens des mots, et surtout du poids des maux qu’ils induisent… Et ce qui se partage sur les plateformes sociales n’est pas « que » poésie, loin s’en faut…

Fréquemment les gens se drapent dans la « liberté d’expression » et dans « l’humour » pour s’autoriser des mots blessants, stigmatiser le genre, l’orientation sexuelle, l’appartenance ethnique, la religion, l’apparence, ou propager la haine… Mais la justification de la liberté d’expression n’est pas un passe-droit. Cette liberté est en effet un droit humain fondamental, mais aucun droit humain ne peut être utilisé ou justifier une atteinte à la dignité humaine, comme le rappelle, entre autres, l’article 261bis du Code pénal suisse. Il en va de même pour l’humour. Il ne suffit pas dire que c’est de l’humour », pour que ça soit drôle ou que ça permette de dire n’importe quoi simplement parce que l’on a mis un #humour.

Pour l’humoriste Jean-Luc Barbezat, « le problème de l’humour sur les réseaux sociaux est que l’on s’invite chez les gens. Chez des personnes qui ne partagent pas nécessairement le même sens de l’humour que nous. Qui n’ont rien demandé et à qui on impose notre vison des choses. Alors que ceux qui viennent dans nos spectacles ont choisi de le faire en connaissance de cause ». Notre société se transforme numériquement, elle nous rapproche à un clic de « l’autre », tout en risquant de plus nous diviser si on ne fait pas attention. Dès lors, cette démarche empathique prend tout son sens.

Avant de s’exprimer, et particulier sur les réseaux sociaux, mais pas que… on devrait toujours avoir en tête cette citation de Paulo Coelho : « La plus terrible de toutes les armes est la parole qui ruine une vie sans laisser de traces de sang et dont les blessures ne cicatrisent jamais. »

Cet article du Blog figure également en dernière page du Nouvelliste ainsi que sur sa version électronique du journal

Written by

Stéphane Koch

Tags

Previous Connexion au désert!
Next Consommer "local et bio" sur internet