CYBER

COACHS

Le Blog

  • A S S O C I A T I O N
  • I N T E R V E N T I O N S
  • A C T I O N S
  • C O N T A C T
Nicolas Frei, November 24 2021

Démêler le vrai du faux

Pour accompagner une bougie que nous souhaitions offrir à nos voisins à l’occasion d’une fête de quartier, je me suis mis à la recherche d’une citation de circonstance. Après quelques recherches, je suis tombé sur ce texte inspirant : « En faisant briller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant. ». En m’attardant sur l’auteur j’ai été conquis de découvrir qu’il s’agissait de Nelson Mandela, héros de la lutte contre l’apartheid et premier président noir de l’histoire de l’Afrique du Sud. Le texte tirait son origine de ces paroles lors du discours d’investiture en 1994 devant 60.000 personnes. Je me suis alors hâté d’écrire cette citation sur l’étiquette qui allait accompagner les bougies. Au moment d’écrire le mot d’accompagnement, j’ai voulu lire l’intégralité de son discours. Ma lecture a progressivement laissé place aux doutes. Ces propos ne me semblaient pas cohérents avec l’image que je me faisais du personnage et surtout, assez étranges pour un discours d’investiture historique.

Ma recherche de citation s’est transformée en quête de vérité. Est-ce que l’auteur ou le contexte de cette citation était plausible ?

J’ai premièrement évalué la crédibilité du site sur lequel j’ai trouvé le texte, il s’agissait de la section « citation » du plus ancien titre de la presse française encore publié aujourd’hui, le Figaro. Plutôt crédible ! Ma recherche m’a ensuite conduit à comparer l’auteur avec d’autres plateformes. Oui et même de nombreuses bibliothèques citaient le président africain comme son père, de plus en plus crédible. Toutefois un résultat de recherche a particulièrement attiré mon attention, « Marianne Williamson ». Quel rapport avec cette citation ? En parcourant cette page, je réalise que le texte intitulé « Notre peur la plus profonde » a été écrit par cette femme dans un de ses livres écrits en 1992. Marianne Williamson a dit à ce sujet : « Aussi honorée que je puisse être si le président Mandela avait cité mes mots, en réalité il ne l'a pas fait. Je n'ai aucune idée d'où a pu surgir cette idée, mais je suis heureuse que ce paragraphe en soit venu à signifier autant pour tant de personnes ». J’ai donc modifié mon étiquette pour indiquer la véritable autrice. Quel parcours du combattant pour démêler le vrai du faux !

Cet article du Blog figure également en dernière page du Nouvelliste ainsi que sur sa version électronique du journal

Written by

Nicolas Frei

Tags

Previous Sur Facebook, plus c'est gros, plus ca passe!
Next Violence, jeux vidéo et société : faites l'amour, pas la guerre