• A C C U E I L
  • A S S O C I A T I O N
  • A T E L I E R S
  • A C T I O N S
  • C O N T A C T
  • B L O G

CYBERCOACHS

  • FAIRE UN DON

À chaque nouveau drame, propos haineux, ou diffusion de fausse information, on a tendance à mettre en cause la technologie, respectivement les GAFAM (Facebook, Google et consorts). Dans le cas de la tuerie à Christchurch - qui avait été filmée en direct par son auteur - le premier signalement fait à Facebook est arrivé 29 minutes après le début de la vidéo, soit 12 minutes après la fin du direct. Ce drame a débouché sur « l’Appel de Christchurch / www.appeldechristchurch.com», qui pointait principalement sur la responsabilité des plateformes en ligne… Il est en effet important de plus responsabiliser ces plateformes, mais il faut aussi être conscient que ce que l’on voit sur le net, est le reflet de nos comportements dans le monde physique.

Les réseaux sociaux induisent et permettent une expression non filtrée et directe de l’émotionnel. Parfois prises en otage par une minorité d’individus, ces plateformes sont instrumentalisées pour donner corps à la rumeur, propager et amplifier de fausses informations et des théories du complot… transformant, de fait, ce fantastique « connecteur social » en un outil de propagation de la haine et du rejet de « la » différence, une sorte de caisse de résonance à toutes les formes de discrimination…  

Mais, pour pouvoir exister, ces différentes formes de dérives ont besoin d'être nourries et relayées. Que l'on critique (commente) ou que l'on soutienne (like ou partage) ce que l'on voit s'afficher sur nos plateformes sociales, on y apporte une forme de contribution et d'amplification. Il est donc important de se questionner sur notre part de responsabilité et notre participation à ces mouvements de foule numériques, alors que l'on a aussi le moyen d'aider à les stopper d'un simple clic... Faire preuve de civisme à l’ère du numérique, n’a rien de virtuel…  Souvent, on entend dire que les réseaux sociaux sont "inhumains"… mais ne devrait-on pas plutôt se poser la question sur la part d’humanité que l’on met dans l’utilisation de ces espaces numériques..?

S’éduquer aux médias et à l’information, développer un esprit critique, aiguiser son sens du discernement, savoir gérer ses émotions, sont des enjeux fondamentaux de la transformation numérique de notre société. Et à ce titre, l’école joue un rôle central et prépondérant.

Stéphane Koch / Le 30 octobre 2019 à 7h

Cybercoachs, le blog.

LES DÉRAPAGES QUE L'ON OBSERVE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX SONT LE MIROIR DE NOS PROPRES ÉCHECS

Retour au blog

qui sommes-nous, où allons-nous?

Stephane Koch / Le 30 octobre 2019 à 7h

Capture d’écran 2019 09 04 à 10.51.47

LA CHRONIQUE