• A C C U E I L
  • A S S O C I A T I O N
  • A T E L I E R S
  • A C T I O N S
  • C O N T A C T
  • B L O G

CYBERCOACHS

  • FAIRE UN DON

Swan Kuhn / Le 24 juin 2020

Cybercoachs, le blog.

LE CONFINEMENT, LES JEUNES ET LE NUMÉRIQUE... QUELLE SUITE?

De nos jours, les outils numériques tels que les smartphones, les ordinateurs, les consoles de jeux ou les tablettes ont pris une place considérable dans le quotidien de nos enfants, comme pour les adultes.

Les jeunes ont une activité numérique incessante au fil de leur journée, ils se connectent sur leur profil Instagram pour regarder les dernières « stories » de leurs amis. Ils publient leurs dernières vidéos TikTok. Ils répondent à leurs nombreux messages WhatsApp. Ou encore, ils passent un moment de pause à jouer à Candy Crush ou Clash Royale pour se changer les idées.


Avec la période de confinement que nous avons vécu, les jeunes ont naturellement consacré beaucoup plus de leur temps à l’utilisation du numérique. En effet, obligés de rester à la maison, ils ont utilisé ces outils pour passer le temps. À cela s’est ajoutée l’obligation de faire leurs devoirs ou de suivre leurs cours en ligne sur un ordinateur.

Dans ce contexte particulier, il est évidemment normal que dans certaines familles, les parents aient assoupli les règles concernant l’utilisation du smartphone. Il est toutefois également vrai qu’une telle période peut générer des dépendances et des usages excessifs et/ou inadéquats.

Alors, en tant que parents, comment devons-nous gérer l’accès aux technologies de l’information et de la communication (TIC) post Covid ?

 

Il n’est évidemment pas question d’interdire ou de bannir les outils numériques. En effet, le téléphone mobile par exemple, permet en premier lieu aux jeunes de s’intégrer socialement et marque une forme d’indépendance essentielle à leur développement, sans compter qu’il joue un rôle clé dans la construction de leur identité.

L’interdiction a cette fâcheuse tendance à pousser les jeunes à la transgression. Il s’agit donc d’accompagner, de responsabiliser et d’encadrer plutôt que d’interdire.

En d’autres termes, il est question d’établir un partenariat avec son enfant afin de réfléchir communément à une utilisation saine et appropriée des outils numériques dans le foyer.

Par exemple, il est recommandé de proposer un espace sans écrans, définir ensemble une plage horaire pour le temps passé devant l’écran, etc.La discussion à avoir avec les enfants définira les règles à instaurer.

 

Enfin, n’oubliez pas, les acteurs qui ont la plus grande influence dans l’éducation numérique des ados restent les parents. À vous, chers parents, montrez la voie en modérant votre propre activité numérique et en faisant toujours preuve de cohérence.

Retour au blog

qui sommes-nous, où allons-nous?

Swan Kuhn / Le 24 juin 2020

Capture d’écran 2019 09 04 à 10.51.47

LA CHRONIQUE