• A C C U E I L
  • A S S O C I A T I O N
  • A T E L I E R S
  • A C T I O N S
  • C O N T A C T
  • B L O G

CYBERCOACHS

  • FAIRE UN DON
IMG 7147

Julian Droux / Le 27 janvier 2021

Cybercoachs, le blog.

L'ÉCONOMIE DE L'ATTENTION, CE NOUVEAU BAZAR

Vous vous promenez dans un bazar. Un marchand vous invite dans son échoppe, il vous présente de beaux tapis. Un autre vous offre un délicieux thé aux pommes tout en vous présentant ses confections. Pendant que vous ouvrez la bouche pour manger le loukoum que quelqu’un vous a glissé dans la main, une femme vous invite à regarder sa vitrine, une autre vous fait sentir les délicieuses effluves de son safran. Vous sortez du bazar après quelques heures, la tête remplie de mille découvertes, l’impression d’être l’objet de toutes les convoitises, les sacs pleins de bibelots et de merveilles. Alors que le soleil se couche, vous ressentez en vous, cette délicieuse volonté d’y retourner dès le lever du jour.

Retour au blog

qui sommes-nous, où allons-nous?

Julian Droux / Le 27 janvier 2021

Capture d’écran 2019 09 04 à 10.51.47

LA CHRONIQUE

Toutes ces expériences ressemblent à s’y méprendre à celles que nous ressentons dans un modèle économique bien plus contemporain : l’économie de l’attention. Toutefois, contrairement au bazar, l’économie de l’attention ne repose pas sur un échange de devises. Juste sur votre attention.

Cette réponse à votre commentaire qui tombe quelques minutes après votre publication. Ce « j’aime », puis ce deuxième, qui grésillent et vous appellent depuis le fond de votre poche.  Cette vidéo, si intéressante, qui se lance toute seule, juste après la précédente. Cette série Netflix, portant spécifiquement sur votre domaine d’intérêt numéro un, qui apparaît presque miraculeusement au lancement de l’application. Ces pubs, tellement ciblées qu’elles vous laissent penser que votre téléphone vous écoute. Cette impression souvent furtive, d’appartenir à une communauté. Vous êtes dans ce nouveau bazar, celui de l’économie de l’attention.  

Ce bazar tend à nous faire oublier que sa visite gratuite comporte bel et bien une transaction. L’attention du visiteur y est échangée contre les informations qu’il laisse lors de son passage. Leur analyse permet au bazar d’inciter le visiteur à rester plus longtemps afin de pouvoir lui présenter plus d’échoppes.  

Ce modèle, reconnaissons-le, est brillant. Il est malgré tout dommageable qu’il tende à générer, chez les visiteurs, une addiction légitime à ces douces senteurs. Il est encore plus dommageable qu’en générant le rapprochement idéologique de certains visiteurs, il génère une polarisation de la société.

Plus que jamais, il semblerait que le produit ait dépassé l’intention. A nous utilisateurs, de toujours savoir où se trouve la sortie !